AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DOMINION 6.17

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
KING RÊCHE
Démarche de Sting
avatar

Federation : OMEGA
Messages : 107

MessageSujet: DOMINION 6.17   Dim 21 Mai - 15:53


17/06/17
Dominion 6.17 (PPV/NJPW World)
Osaka-jo Hall
11,000 fans



Young Lions dark match : Tomoyuki Oka & Hirai Kawato def. Katsuya Kitamura & Teruaki Kanemitsu


1. ROPPONGI VICE (c) vs. DAVID FINLAY & JAY WHITE
IWGP Junior Heavyweight Tag Team Championship on the line !

Citation :
Un an après son dernier match au Japon, Jay White est de retour de son excursion aux Etats-Unis et en Angleterre ! Le jeune néo-zélandais a progressé et nous le montre en débutant ce match contre Rocky Romero. White rend coup pour coup à la moitié des champions par équipe et obtient un compte de un avec un Uranage. C'est le match typique d'ouverture de la NJPW, avec de l'action rapide et des tags fréquents, mais aussi des moves qui chauffent la foule, à l'image d'un over the top no handed moonsault de White vers l'extérieur du ring. Jay White et David Finlay montre qu'ils méritent d'être dans le second plus gros show de l'année de la NJPW et passent proches d'une victoire, mais s'inclinent finalement après le Strong Zero de leurs opposants sur Finlay.
Vainqueurs : Roppongi Vice (c).

Post match, la foule réserve une très grosse pop à Jay White et David Finlay Jr. Les Roppongi Vice, eux, célèbrent leur victoire en dansant au rythme de leur musique.


2. THE YOUNG BUCKS VS. TENKOJI

Citation :
Premier test d'envergure pour les Young Bucks depuis qu'ils ont décidé de passer en division heavyweight, puisqu'ils affrontent d'anciens multiples heavyweight tag team champions et vétérans : TenKoji. Le match commence avec une domination physique de Kojima sur Nick puis Matt Jackson. Le Gōwan tease à plusieurs reprises son terrible lariat mais les Bucks l'esquivent systématiquement : en se baissant, en roulant au sol, ou quand Matt Jackson envoie un superkick dans le bras de son adversaire qui courait vers lui. C'est un turning point du match. Les Jackson enchaînent les tag rapides et prennent l'avantage, empêchant Kojima d'aller dans son coin passer le témoin à son partenaire. Ce petit manège dure un petit moment, où les frères Jackson épuisent Kojima. Ils passent près d'une victoire avec un double superkick sur Kojima, mais le sekigun veteran est trop résistant. Kojima parvient finalement à se dégage du coin des Bucks avec un headbutt terrible et va faire le tag. Mōgyū prend le hot tag et couche les Bucks l'un après l'autre avec des belly-to-belly suplex. Tenzan hype la foule, il fait signe pour un finisher et part pour le Tenzan Tombstone Piledriver sur Nick... Sauf que Matt lui met un monstrueux Superkick ! Tenzan part en arriève, mais tient Nick qui retombe sur ses pieds... Et tient à son tour Tenzan en position de tombstone ! Matt enchaîne avec un springboard moonsault into an Indytaker ! Un, deux... DEGAGEMENT DE TENZAN ! Les Bucks n'en reviennent pas, se prennent la tête dans les mains et semblent choqués. C'est alors le début de l'overkill : ils veulent en finir et empêchent Tenzan (déjà sur un genou) de se relever avec une volée de superkick. Matt enchaîne avec un 450° splash, puis Nick avec un moonsault, et Matt avec une senton bomb. Rien n'y fait cependant, Tenzan se dégage et continue de vouloir se relever. Faisant preuve d'une résilience énorme et devant des Young Bucks de plus en plus désespérés, Tenzan se relève avec les cordes, il se prend un double superkick et le no sell totalement avant de crier ! Ce gros cri intimide-t-il les Bucks ? Il se regardent, étonnés... Et un autre double superkick, qui cette fois couche Tenzan ! Un, deux, et trois !
Vainqueurs : The Young Bucks.


3. WAR MACHINE (c) VS. GUERILLAS OF DESTINY
IWGP Heavywight Tag Team Championship on the line !


Citation :
Monster slugfest ! Grosse débauche de testostérone, ça cogne dans tous les sens pour ce match entre équipes de gaijins. Les anciens champions sont accompagnés par Bad Luck Fale qui ne tente cependant pas d'intervenir dans le match et se contente d'encourager les fils de King Haku. Ca cogne dur dans tous les sens, aucune équipe ne se repose et c'est un guerre totale pendant une quinzaine de minutes. Finalement, Tama Tonga et Tanga Roa se fatiguent plus vite que Hanson et Rowe qui les finissent avec un Fallout sur Roa pour conserver leur titre.
Vainqueurs : War Machine (c).


4. EVIL VS. MICHAL ELGIN

Citation :
Ce match est un slugfest qui passe au niveau supérieur comparé au match précédent. Big Mike fait son retour en singles match à la NJPW et choque la foule dès le début du match avec un cartwheel dès que la cloche sonne ! L'agilité du big man ressort durant tout le match, et fait popper la foule quand il grimpe sur la troisième corde pour effectuer un putain de moonsault sur EVIL en dehors du ring, alors que le match n'a commencé que depuis une dizaine de minutes. Le match continue à l'extérieur du ring et les deux hommes se battent comme des malades, s'envoyant dans les barrières et par dessus la table des commentateurs. Bushi et Sanada, qui accompagnent EVIL, tentent d'intervenir, mais Juice Robinson et Ryusuke Taguchi s'interposent et les dissuadent de faire quoi que ce soit. Le match revient sur le ring, et EVIL prend de vitesse Big Mike, s'envoyant dans les cordes et nous offrant une séquence d'esquives qui s'achève par un monstrueux standing dropkick du membre des Ingobernables de Japon, pour un compte de deux. Le match passe alors d'un échange effréné de coups à un échange effréné de big moves. EVIL commence avec une german suplex, mais l'ex IWGP Intercontinental Champion se relève, et claque deux german suplex pour un compte de deux. Les deux hommes se relèvent, et Elgin gueule sur EVIL, il l'enjoint à lui mettre une suplex ! EVIL s'exécute, german suplex ! Elgin se relève, et EVIL lui tourne le dos, l'enjoignant à une german suplex. Le manège continue trois ou quatre german suplexes, jusqu'à ce qu'EVIL présente encore son dos à Elgin... Et envoie son talon dans ses parties génitales, sans que l'arbitre ne le voit ! Le King of Darkness enchaîn avec son Evil, le STO pour le tombé victorieux, un, deux, trdégagement !! Elgin s'est dégagé ! EVIL affiche une grimace de mécontentement, alors que Sanada grimpe sur l'apron et engueule l'arbitre pour un compte soi disant trop rapide. Bushi grimpe alors sur le ring, green mist sur Egin ! C'est esquivé ! Elgin envoie Bushi par dessus la troisième corde, Bushi se relève, mais est cueilli par le Dodon de Taguchi hors du ring ! L'arbitre se retourne, et voit Elgin porter la Big Mike Bomb, seulement pour un nearfall ! Elgin monte alors sur la troisième corde, et le big man s'élance... SHOOTING STAR PRESS ??! SHOOTING STAR PRESS DE MICHAEL ELGIN ! UN, DEUX, TROIS !
Vainqueur : Michael Elgin.


On se retrouve en coulisses où une salle média a été improvisée comme à chaque show. Les Bucks, accompagnés de Marty Scurll et Adam Cole, parlent de leur victoir plus tôt ce soir et du fait qu'ils challengeront War Machine lors du show de la NJPW produit aux Etats-Unis cet été pour les titres par équipe. Alors qu'ils s'en vont, du bruit se fait entendre et... Will Ospreay ! Will Ospreay fend la foule de journalistes et officiels et se rue sur Marty Scurll ! Quelques coups pleuvent, mais la sécurité de la NJPW s'interpose et Adam Cole et les Young Bucks extraient leur partenaire de la mêlée avant de s'en aller, laissant un Ospreay enragé tenu par des ring boys.


5. HIROMU TAKAHASHI (c) VS. JUSHIN LIGER
IWGP Junior Heavyweight Championship on the line !


Citation :
Ce match vole la vedette à tous ceux qui l'ont précédé ! Jushin Liger est une légende internationale, sans doute l'un des meilleurs junior heavyweight au monde. Hiromu Takahashi, lui, est l'Ace de la division junior heavyweight, ou au moins tente de l'être. Après son affrontement contre Dragon Lee en finale du Best of the Super Juniors, il nous offre un autre 5 star match contre Liger ce soir.
Le match suit une psychologie assez simple : Takahashi tente tous les coups fourrés auxquels il est habitué, mais Liger est un vétéran qui les contre à chaque fois. Takahashi, jeune et impétueux, s'énerve alors et baisse sa garde, laissant des ouvertures à Liger qui place des grosses prises, comme un arm drag into cross arm breaker quand Takahashi se jette sur lui sans réfléchir. La stratégie de Liger est donc simple : patienter, se défendre et attendre une ouverture. Takahashi lui donne tout ce qu'il a pour battre la légende et se fait donc piéger à plusieurs reprises, la plus notable étant quand il suit Liger à pleine vitesse dans les cordes et que Liger le choppe avec un handspring headscissors qui l'envoie directement hors du ring ! Liger monte alors sur la troisième corde, la foule est en délire... Shooting Star Press to the outside ! Liger lève le poing sous une ovation fantastique, la vieille légende a encore un run en elle. Thunder renvoie Takahashi sur le ring, et part pour un tombé mais Takahashi l'attrape en small package, non, pas comme ça ! Nearfall ! Takahashi s'aide des cordes pour se relever et se met de grandes claques pour reprendre ses esprits. Liger revient prudemment à l'assaut, et reçoit une elbow qu'il no sell totalement... Palm strike ! Down goes Takahashi ! Liger grimpe sur la troisième corde, moonsault !... Le champion met les genoux en opposition et Liger se les mange dans le ventre ! La Tickin Time Bomb reprend le dessus, gardant Liger au sol avec des stomps et des dropkicks. Il s'énerve et tente de déchirer le masque mythique de Liger, fou de rage. L'arbitre s'interpose et fait reculer Takahashi, mais le haut du masque est déchiré. Liger se relève et les deux hommes se font face, chacun dans un coin du ring. La tension monte et ils se lancent tous deux à l'assaut en courant. High knee de Takahashi esquivée, il se retourne, voit venir un palm strike et se baisse pour esquiver, gut kick, il prend Liger sur ses épaules... TIME BOMB ! UN ! DEUX ! TROIS ! Fin express, et victoire d'Hiromu Takahashi !

Vainqueur : Hiromu Takahashi (c).

Standing ovation pour les deux hommes. Takahashi reçoit sa ceinture et s'y agrippe avant de passer le bout de sa langue dessus comme à son habitude. Alors que Liger se relève péniblement, Takahashi s'approche dans son dos... Coup de ceinture dans la nuque ! Takahashi stomp violemment la tête de Liger et se penche sur lui... Takahashi vient d'arracher l'une des cornes de silicones du masque de Liger ! Il l'a totalement déchiré à la base ! Takahashi lève bien haut la corne alors qu'une nuée de ring boy vient le calmer et s'interposer entre lui et Liger. Takahashi a son trophée et s'en va en se pavanant, se tournant vers la caméra au passage :

"エース !"


6. HIROOKI GOTO VS. TOMOHIRO ISHII

Citation :
Les tensions aboutissent à ce match entre les deux membres de CHAOS (chacun accompagné : Jado et Toru Yano pour Goto, et Yoshi-Hashi - avec qui il a déjà challengé au titre par équipe - pour Ishii)
Goto est en mode all business, avec ses peintures rituelles. Ishii, lui, est comme d'habitude : straight to the fuckin point. La cloche sonne, et les deux hommes se rapprochent du centre du ring d'un pas calme. Ils sont front à front, s'échangent les mots avec une grande tension, et Ishii met un grande gifle à Goto. Goto la lui rend, et ça part sur une démonstration de fighting spirit où chaque homme laisse l'autre lui mettre une claque au rythme "un coup toi un coup moi". Le rythme des claque s'accélère, et Ishii prend le dessus, envoyant une volée de gifles gauches-droites ponctuée d'un coup de tête qui fait tomber Goto sur les fesses. Ishii part alors dans les cordes, tente un soccer kick qui ressemble à celui de son rival Shibata (également partenaire et ami de Goto), mais Goto attrape sa jambe et le fait basculer en avant. Ishii tombe face contre terre, et Goto le relève en le ceinturant, german suplex !
Le match est un hoss fight fantastique, digne de la division NEVER Openweight dont les deux hommes ont été champions. A chaque coup que l'un ou l'autre donne, le double est rendu. Quand Goto place son Tokyo Lariat, Ishii recule de quelques pas, puis part dans les cordes et envoie à son tour un lariat qui couche Goto. A l'inverse, Ishii place une high knee dans le visage de Goto, celui-ci accuse le coup et part dans les cordes pour une jumping high knee qui couche Ishii. Ce match est l’épitomé du strong style, et à ce jeu le vaillant Konton no Aramusha ne fait cependant pas le poids contre le Stone Pitbull. Après s'être relevé d'un GTR et de deux Shouten, Ishii place le Ishii Driller (le quatrième du match) pour un tombé... Qui entraîne un putain de nearfall. Goto se relève difficilement, titubant, à l'instinct plus que volontairement. Ishii regarde avec un certain agacement Goto tituber comme un pantin désarticulé, et part dans les cordes. Un monstrueux lariat plus tard, Goto est couché pour se bon et Ishii remporte la victoire.

Vainqueur : Tomohiro Ishii.

Post-match, Jado vient s'enquérir de la santé de Goto, qui semble très mal en point. Des ring boys viennent s'occuper de lui : lui soutenir la tête avec une serviette et tenter d'obtenir une réponse. Goto n'est pas inconscient mais il a le regard flou et peine à se relever. Ishii, lui, échange quelques mots avec son corner man Yoshi-Hashi dans son coin. Goto met deux bonnes minutes à se relever, et enfile un t-shirt CHAOS que lui a donné Jado. Ishii vient alors jusqu'à lui et demande un micro. Le Stone Pitbull dit que ce soir, Goto lui a montré qu'il était digne de faire partie de CHAOS. Il lui tend la main, et les deux hommes s'échangent une virile poignée de main. Ishii dit que CHAOS a été créé en 2009, et il était là. Le but était de restaurer le Strong Style, ressusciter le style porté par Antonio Inoki, Shinya Hashimoto, Riki Chosu et Keiji Mutoh. Ishii était là à la création, et CHAOS c'est toute sa carrière. Toute sa vie, c'est porter le Strong Style au firmament. Ishii dit que CHAOS a perdu de vue ce but, mais que maintenant tout change... Lariat dans la gueule de Toru Yano ! Yoshi-Hashi se joint à Ishii pour passer à tabac Toru Yano, devant le regard étonné de Hirooki Goto, et c'est ensuite Jado qui se joint à lui ! Les trois hommes laissent Yano au sol, et Ishii dit que Yano, comme CHAOS, s'est perdu en chemin. Il est devenu un "fool" qui danse et fait des blagues, qui met dans coups de chaises et des low blows. Ishii dit qu'à partir de maintenant, CHAOS va revenir à son but initial, et va redonner au Strong Style ses lettres de noblesse, et ça avec l'aide de Goto. Hirooki Goto reste interloqué, Ishii lui tente la main... Et il la saisit par le poignet, échangeant une poignée de main de guerrier avec l'homme qui vient le battre.
Qu'est-ce qui se passe avec CHAOS ?



7. MINORU SUZUKI (c) VS. TOGI MAKABE
NEVER Openweight Championship on the line !


Citation :
Avant que le match commence, et alors que Togi Makabe fait son entrée, celui-ci est attaqué par derrière par El Desperado, Taichi et Yoshinobu Kanemaru, les sbires de Suzuku ! Makabe prend les coups, mais parvient à se saisir de sa chaîne et la fait tournoyer au dessus de sa tête, repoussant ses assaillants qui s'enfuient vers les backstages. Makave les poursuit quelques pas... Et ne voit pas Suzuki le rejoindre sur la rampe, se placer dans son dos et lui coller une terrible sèche directement dans la nuque ! Makabe tombe sur un genou, et Suzuki le ramène sur le ring par les cheveux en lui collant des claques plus insultantes que blessante sur la tête. Suzuki prend un avantage par fourberie sur l'homme qui l'a battu lors de leur seul affrontera, 4 ans auparavant lors de Dominion 2012.
L'arbitre Red Shoes Uno ne veut pas faire démarrer le match tant que Makabe n'est pas debout, mais Suzuki le menace et l'arbitre fait signe de sonner la cloche, le time keeper s'exécutant sous l'oeil de Takashi Iizuka en ringside. Suzuki commence donc le match déjà gagnant, et en profite pour se moquer de Makabe, venant écraser son visage avec sa botte. Makabe subit et a du mal à reprendre ses esprits alors que Suzuki fait pleuvoir les stomps sur lui, le faisant saigner du nez. C'est finalement la vue de son propre sang qui fait reprendre ses esprits au King Kong de la New Japan. Celui qui était auparavant connu comme le King of Deathmatch s'essuie son sang et le regarde fixement sécher sur ses doigts, il pousse un grand cri et se relève avant de charger Suzuki comme un possédé. Makabe envoie une attaque désordonnée à base de coups de poings, des coudes et de tête. Sa stature, plus imposante que celle de Suzuki, lui permet de prendre un avantage certain, et très vite Suzuki est acculé dans un coin, sans possibilité de reprendre son souffle. Mais le Suzuki-Gun BOSS est malin, et un eye poke plus tard, il saisit les jambes de Makabe et un single leg takedown lui permet de s'asseoir au dessus de Makabe en full mount. Suzuki enchaîne alors les coups de coude dans le visage de Makabe, et tente un armbar. Suzuki tint le bras de Makabe qui le retient avec son autre main, mais Suzuki lui met un coup de talon dans le visage qui le désoriente, armbar locked in ! La prise, terrible quand exécutée par un maître des arts martiaux comme Suzuki, fait hurler de douleur son challenger. Makabe hurle, grogne, souffle, mais parvient à doucement rapproche son pied de la corde... Et l'atteint finalement ! L'arbitre compte, mais Suzuki ne lâche pas et Red Shoes Uno doit s'interposer, faisant lâcher prise à Suzuki physiquement ! Suzuki, énervé, se relève et vient attraper l'arbitre par le col... Makabe, dans son dos, se relève et court vers lui... Lariat ! Mais Suzuki a senti venir et s'est dérobé, lançant l'arbitre sur le bras de Makabe ! Red Shoes Uno au sol, Takahashi Iizuka grimpe sur le ring et se lance sur les jambes de Makabe qu'il immobilise au sol. Suzuki vient se mettre au dessus et distribue les droites à poing fermé, illégales, dans la tête de Makabe dont le sang commence à pisser le sang. Le sentant à moitié inconscient, Suzuki lâche prise après une vingtaine de coups et demande à Iizuka de le relever. Suzuki veut que son lieutenant mette Makabe en position pour le Gotch Style Piledriver, mais Makabe se reprend et envoie Iizuka dans son chef. Les deux hommes se heurtent, et Makabe roule hors du ring pour ramasser... Sa chaîne ! Il l'enroule autour de son poing et son bras, Iizuka court vers lui dans son dos... Big right hand avec la chaîne ! Makabe remonte sur le ring, tente le King Kong Lariat avec la chaîne sur Suzuki qui se baisse, se retourne, eye poke ! Makabe aveuglé, Suzuki part dans les cordes... KING KONG LARIAT A L'AVEUGLE, AVEC LA CHAÎNE ! Suzuki est down pour de bon, Makabe se débarrasse de la chaîne et fait le tombé en secouant Red Shoes Uno qui compte lentement... Un.... Deux.... Trois ! Nouveau champion !

Vainqueur : Togi Makabe (c).



Kazuchika Okada est en train de s'échauffer avec son fidèle lieutenant Gedo dans son locker room. Une caméra et un interviewer vient l'interroger sur les évènements de tout à l'heure, où Ishii a viré Toru Yano de CHAOS et réaffirmé l'objectif de CHAOS : ressusciter le Strong Style. Okada répond en disant qu'il est le leader de CHAOS, c'est lui qui décide qui fait partie de CHAOS et qui n'en fait pas partie, pas Tomohiro Ishii. Okada dit que le Strong Style est toujours en vie, et il en est le plus grand et le meilleur représentant, lui, l'IWGP Heavyweight Champion. Il dit qu'il s'occupera de ces "menus problèmes" dès qu'il aura battu Kenny Omega une seconde fois.

8. TETSUYA NAITO (c) VS. HIROSHI TANAHASHI
IWGP Intercontinental Championship on the linee !


Citation :
Tetsuya Naito, le MVP de 2016 et lutteur le plus populaire de la New Japan.
Hiroshi Tanahashi, l'ace, le visage de la NJPW pendant dix ans.
Ce rematch de Wrestle Kingdom est aussi bon que son prédécesseur. La plupart des spots de début de match sont les même, sauf que celui qui recevait le coup ou la prise à WK a cette fois-ci un coup d'avance et contre ou esquive.
Comme lors de Wrestle Kingdom, Naito s'en prend au genou gauche de Tanahashi, qui a été ciblé par les Ingobernables de Japon tout au long de la tournée War of the Worlds et des tag match du Best of the Super Juniors. Tanahashi porte d'ailleurs une protection à ce genou, mais Naito arrach le kneepad après dix minutes de match. Il s'en prend au genou de Tanahashi tout au long du match et de manière subtile, pas en bourrinant dessus mais en cherchant des ouvertures pour l'attaquer : par exemple, lors d'un échange brutal de coups de coude au centre du ring, Naito sent que Tanahashi oublie de protéger le bas de son corps et lui envoie un low kick terrible dans le genou. Sous le coup, Tanahashi tourne légèrement sur le côté et Naito y voit une autre ouverture, Destino, seulement 15 minutes après le début du match ! Un, deux, dégagement !
Ce match de folie continue, et les prises montent en intensité. Paradoxalement, au fur et à mesure que l'intensité augmente, Naito et de plus en plus irrespectueux et semble de plus en plus "careless". Il crache plusieurs fois au visage de Tanahashi et se désengage d'une séquence de chain wrestling pour rouler en dehors du ring en faisant signe de "Tranquilo".
Tanahashi, lui, représente tout ce qu'est la New Japan Pro Wrestling. Il ne veut pas laisser Naito manquer de respect à lui et à la fédération. Sur une jambe, Tanahashi se bat comme un beau diable, déroule son arsenal de suplex, la Twelve Six lui octroyant un nearfall. Il grimpe finalement sur la troisième corde, difficilement. Mais sa jambe blessée lui fait perdre du temps, et le High Fly Flow est bloqué par Naito qui monte les genoux. Tanahashi roule sur lui même et Naito enchaîne avec le 3ème Destino du match pour la victoire.

Vainqueur : Tetsuya Naito (c).

Post match, Naito célèbre comme à son habitude, en balançant la ceinture de champion en l'air. Il s'allonge sur le côté pour sa Tranquilo Pose. C'est alors que Michael Elgin, qui était le corner man de son partenaire au sein de Taguchi Japan, grimpe sur le ring. Il ramasse la ceinture Intercontinental, titre qui était le sien avant que Naito ne lui prenne le titre. Naito se relève, fait son taunt les deux doigts sur l'oeil, et fait signe à Elgin de lui rendre la ceinture. Elgin la lui fout dans la main avec force et lui adresse quelques mots "keep it warm for me boy". Naito lui sourit et s'en va à reculons en lui faisant un doigt. Il balance encore une fois la ceinture en l'air et quitte le ring.


9. KAZUCHIKA OKADA (c) VS. KENNY OMEGA

Citation :
On a eu des matchs fantastiques ce soir, un five star match entre Liger et Takahashi, une battle ultra stiff entre Goto et Ishii, un show stealer entre Naito et Tanahashi. Pourtant, encore une fois, Kazuchika Okada et Kenny Omega volent le show.
Comme lors de Wrestle Kingdom, la magie intervient naturellement. Le match est en dessous du classique de Wrestle Kingdom, mais mérite ses 5 stars obtenues le lendemain dans les colonnes de Dave Meltzer.
La psychologie du match est différente : Okada sait que Omega s'est relevé de 3 Rainmaker à Wrestle Kingdom et joue donc l'usure pour venir à bout de son endurant opposant. Omega, lui, veut en finir le plus vite possible. Il n'a pas pu placer le One Winged Angel à WK, et tente son finisher dès le début du match. Huit, c'est le nombre de fois où Okada se dégagera du One Winged Angel, notamment deux fois avec un reverse hurracanrana. Omega place tout de même des prises folles : un Bloody Sunday, un Styles Clash, un V-Trigger, tout son arsenal et celui des lutteurs qui ont marqué sa carrière y passe. Omega place même un putain de Phoenix Splash totalement fou qui n'est pas sans rappeler un certain ancien partenaire et rival à lui, "Golden Star" Kota Ibushi. Okada, lui, montre pourquoi il est le visage de la New Japan : il résiste à tout et rend coup pour coup. Cependant, trois Rainmaker ne suffisent cette fois pas à mettre Omega out, et l'expression faciale d'Okada mérite un oscar quand le Cleaner se dégage du tombé après le troisième. Okada se met alors en place pour un 4ème rainmaker, mais quand il retourne Omega celui-ci lui place un jumping high knee qui fait faire un demi tour fatal sur lui-même à Okada. Omega se baisse, se relève avec Okada sur les épaules en electric chair position... ONE WINGED ANGEL ! ONE, TWO, THREE ! NEW CHAMPION !

Vainqueur : Kenny Omega.


Les confettis tombent du plafond sur un Kenny Omega en pleur, à genoux au centre du ring et tenant la ceinture comme un nourrisson entre ses bras. Cela dure quelques secondes. En dehors du ring, Okada reprend ses esprits. Ishii débarque alors avec Jado. La caméra zoome sur ce qui se passe : Ishii tient dans ses mains un t-shirt de CHAOS qu'il déchire et jette aux pieds d'Okada. Ishii s'en va alors, puis Jado. Okada lance un regard désespéré à Gedo qui hésite... Puis s'en va également. Okada est désespéré au pied du ring : il a tout perdu ce soir.
Sur le ring, Omega a eu son instant de gloire et est maintenant rejoint par les Young Bucks. Les trois hommes s'étreignent, à moitié en pleurs, à genoux au centre du ring. La célébration ne fait que commencer, puisque le reste du Bullet Club débarque au complet - excepté Cody Rhodes. Tous prennent leur tour à étreindre Kenny Omega et à le féliciter.
C'est une scène de liesse invraisemblable pour le 7ème gaijin à devenir IWGP Heavyweight Champion, le 66ème champion.

La tension remonte tout à coup, puisqu'Okada est remonté sur le ring en se tenant la nuque. L'ex champion regarde le Bullet Club de l'autre côté du ring. La tension grimpe, et Omega s'avance au centre du ring. Okada le rejoint... Et lui tend la main. Omega sert la main de celui qu'il a vaincu, et Okada lève le poing de Kenny Omega en l'air. Plus d'un an de rivalité semble s'achever ce soir, le Rainmaker oubliant tout le passif pour rendre honneur à celui qui l'a battu. Omega lève à son tour le poing d'Okada qui s'en va la tête basse.

Sur le ring, Kenny Omega prend un micro. Il dit qu'il l'a fait, il a enfin réalisé son rêve, il est IWGP Heavyweight Champion. Kenny remercie sa famille, les Young Bucks, le Bullet Club tout entier. Il remercie ironiquement AJ Styles "wherever he may be" pour lui avoir "fait de la place à la tête du Bullet Club." Il remercie les fans, et promet que c'est le début d'une grande histoire. L'étape 1 de son rêve est accomplie, mais il reste tant à faire. Il l'a promis et il va s'y atteler dès demain, lui champion, la NJPW va devenir globale. Il promet de renverser l'empire de McMahon et de porter la NJPW sur ses épaules pour les années à venir, à commencer par les shows G1 Special, premiers shows unilatéralement promus aux USA la NJPW où il défendra son titre.


"Shin Nihon Puroresu ! Thank you ! GOODBYE AND GOOOODNIGHT !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DOMINION 6.17
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dominion: tournoi 2vs2
» Nouvelle extension de Dominion ?
» [Accepté] Dominion Spartiate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNIVERSE 4 :: NJPW - KING OF PRO WRESTLING-
Sauter vers: