AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NIGHT ONE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
KING RÊCHE
Leland Gaunt
avatar

Federation : STRIKE
Messages : 163

MessageSujet: NIGHT ONE    Jeu 2 Nov - 21:48


10/11/17
STRIKE! Night One
Hammerstein Ballroom
2,500 fans Sold Out




C'est Paul Heyman, le patron qui ouvre le show sous les chants à sa gloire. Le Ballroom c'est chez lui, c'est le papa du lieu. Au premier rang, on peut même voir Hat Guy qui était déjà là du temps de l'ECW.
Heyman fait son entrée en tapant dans les mains des fans alors que le stream se met en route sur le Fight Network et FloSlam. Il passe par la table des commentateurs, rudimentaires, située au pied du ring : une simple table en bois recouverte d'une nappe. Heyman sert la main de ses commentateurs, Jimmy Jacobs et Steve Corino, alors que ceux-ci nous souhaitent la bienvenue.
Paul Heyman grimpe sur le ring, un micro avec fil en main. Il fait une petite blague à ce sujet, disant qu'il a mit tout son budget dans les talents, alors on n'a pas de quoi se payer les micros derniers cris. Heyman nous souhaite la bienvenue : ici pas de non-sense, pas de déguisement, pas de stupidité. C'est la STRIKE et comme son nom l'indique, ça tape dur ! Ce soir, les meilleurs lutteurs du monde, sélectionné par lui-même, s'affronteront dans des matchs, certains inédits, d'autres fantasmés. Heyman récapitule brièvement la carte, chauffant la foule comme lui seul sait le faire.
Il annonce ensuite qu'un championnat sera rapidement instauré, un titre suprême qui permettra de couronner le meilleur combattant du monde entier. Comment ? C'est simple, pas mal de lutteurs détiennent encore les titres de fédérations qui viennent de mourir. Johnny Mundo est le AAA Megacampeon, Travis Banks est le PROGRESS World Champion ET le wXw Unified World Champion, Keith Lee est le WWN Champion, Zack Sabre Jr. est le EVOLVE Champion, Ricochet est le PWG Champion, Will Ospreay est le IWGP Junior Heavyweight Champion, Minoru Suzuki - en plus d'être une putain de légende - est le NEVER Openweight Champion. Sept champions, sept lutteurs incroyables. Ils s'opposeront non pas dans un tournoi à élimination directe, mais dans un putain de ten man elimination championship match, dès le prochain show ! Heyman laisse retomber la nouvelle et fait mine de compter sur ses doigts. Mais il y a dix places et sept champions, il reste donc trois places à distribuer. Ces places, il les attribuera à ceux ou celles qui l'impressionneront le plus ce soir. Sur ce,
"LADIES AND GENTLEMEN, TONIGHT... WE STRIIIIKE !"


__________

1. PAUL LONDON (/w. MALA SUERTE & SALTADOR) VS. KUSHIDA

Citation :
La Rabbit Tribe fait son entrée en premier, toujours aussi délirant, assurant le divertissement de la foule avec leurs cabrioles et attitudes délurées. Paul London porte toujours son pyjama blanc et mange une carotte en faisant son chemin vers le ring. Kushida suit.
London propose une bouchée de carotte à son adversaire dès le début du match, ce à quoi le Supernova répond en riant avant de lui mettre un elbow strike. Le match est une opposition de high flyers, mais au delà de leurs ressemblances de style de lutte il y a une grosse différence entre les deux hommes : Kushida est sérieux à 100% tandis que Paul London passe le plus clair du match à fanfaronner faire l'imbécile.
Cela permet à Kushida de prendre un avantage significatif, bien que London ne parvienne à placer plusieurs offensives. Kushida remporte finalement le match avec son Back to the Future.


Vainqueur : Kushida.

__________

On se retrouve dans un des lockers rooms du Ballroom, murs gris en béton et meubles spartiates. Là, on peut voir Johnny Mundo, Jack Evans, PJ Black et Taya Valkyrie : la Wolrdwide Underground. Au contraire de la Lucha Underground, ici le couple que forment Taya Valkyrie et John Morrison dans la vraie vie est pleinement affichée, puisque celle-ci est au bar du AAA Megacampeon. Mundo a son titre sur l'épaule et dit à ses troupes qu'il ne viendra pas les encourager pour leur match. Après tout ils n'en ont pas besoin, la South Pacific Power Team sont des clowns qui n'ont rien fait en dehors de l'Angleterre, cette île minable. Mundo dit qu'à la STRIKE ils vont faire comme partout ailleurs : tout dominer. Ce soir, ils vont battre les néo-zélandais, puis lui battra son vieil ami Dolph Ziggler dans le Main Event, et ira remporter le titre dont Heyman a parlé en début de show. Taya embrasse son mari avant de quitter la loge, suivie de Jack Evans. PJ Black va pour partir, mais hésite et se tourne vers Mundo : il a remarqué un 5ème t-shirt Wolrdwide Underground, pour qui est-il ? Mundo affiche un sourire en coin et lui dit de ne pas s'en préoccuper.

__________

2. WORLDWIDE UNDERGROUND VS. SOUTH PACIFIC POWER TEAM


Citation :
La Worldwide Underground fait son entrée sous les huées de la foule, fanfaronnant comme ils savent le faire. Une fois qu'ils sont sur le ring, Keep It One Hundred retentit dans le Ballroom et la foule réserve un accueil de roi à la Pacific Power Team. Travis Banks mène la marche, ses deux ceintures mondiales une sur chaque épaule. Derrière lui suivent le couple formé de TK Cooper et Dahlia Black qui, comme à leur habitude, enchaînent les poses lascives et les roulages de pelle.
Le match commence entre Travis Banks et Jack Evans. Ici, Banks est nettement au dessus de son adversaire, dont les attaques aériennes s'écrasent sur le mat wrestling du Kiwi Buzzsaw qui a un contre à chaque prise. Frustré, Evans va tag PJ Black. Black se lance à l'attaque avec une série de kicks qui font reculer son opposant, mais alors qu'il part dans les cordes, Banks reprend ses esprits et le suit pour le sortir du ring avec une clothesline. Banks triomphe au centre du ring sous les acclamations alors que la Worldwide Underground se regroupe en bas du ring.
Black remonte sur le ring et y va plus prudemment, se laissant entraîner au sol et rivalisant avec le chain wrestling de Banks. Lors d'un enchaînement au sol, Black se fait tordre le bras, et s'en échappe avec une roulade improbable avec de mettre une gifle à Banks. Banks accuse le coup, plus vexé que blessé, et se rue sur Black qui trouve refuge dans les cordes. La Worldwide Underground a trouvé sa stratégie : énerver Banks avec leurs tactiques sournoises et leurs taunts pour lui faire commettre une erreur. Cela marche bien, avec des tags rapides entre Evans et Black, jusqu'à ce que Taya entre dans le match. Elle provoque Banks a une épreuve de force qui, naturellement, l'accepte. Cependant au dernier moment Taya recule d'un pas et lui fout une grande gifle. Banks, fou de rage, se lance sur elle à corps perdu et se fait cueillir par une small package : un, deux, dégagement ! Banks est sauf mais le momentum a changé. La WU enchaîne alors les tags rapides pour l'épuiser et la tactique porte ses fruits. Au fil des minutes, Banks est de plus en plus en difficulté, et chacune de ses tentatives d'aller faire le tag est empêchée par ses adversaires.
Le calvaire dure, mais Evans se fourvoie à trop fanfaronner, prenant la pose à plusieurs reprises. Cela permet à Banks de reprendre ses esprits et parer un high kicker qu'il contrer en dragon whip avant d'aller faire le hot tag, suivi par Taya et PJ Black qui veulent l'en empêcher !
TK Cooper et Dahlia Black entrent en scène et se lancent respectivement sur PJ Black et Taya qu'ils mettent au sol avec des dropkick en stereo. Ils se relèvent, et le South Pacific Power Couple les couchent à nouveau avec des clothesline en stereo. TK Cooper est l'homme légal et se tourne vers Jack Evans qui se relève dans le coin. La foule est à fond derrière le jeune néo-zélandais qui enchaîne les chops sur Evans dans le coin, puis l'envoie dans l'opposé, et cale une série de droites ! Cooper est en faut, il projette encore Evans dans le coin opposé et lui court dessus... Evans esquive, et enchaîne en sautant pour enrouler ses jambes autour de l'un des bras de Cooper, il attrape l'autre avec ses mains... Crucifix Pin out of nowhere ! Dahli veut intervient, mais Taya - allongée au sol - bondit pour lui saisir les jambes et la plaquer tel un rugbyman. Un, deux, et trois ! La Wolrdwide Underground vole la victoire !


Vainqueurs : Worldwide Underground.

Post match, Evans se précipite de rouler en dehors du ring et est rejoint par ses coéquipiers qui célèbrent en dehors du ring, tandis que sur le ring Travis Banks rejoint son meilleur ami qui est sonné, furieux de la façon dont le match s'est terminé. Alors que la Worldwide Underground les nargue, Banks demande un micro. Il s'adresse à la WU : qu'ils profitent de leur victoire, car lors du eight men championship match ils n'auront rien à célébrer. Johnny Mundo ne sera pas le premier champion de la STRIKE, car c'est lui, Travis Banks, qui remportera le championnat !

__________


Après une courte publicité, on retrouve Drew Gulak qui fait son entrée, suivi de Tracy Williams, arborant un t-shirt Catchpoint : le clan que les deux hommes ont tour à tour dirigé à la EVOLVE. Gulak dit qu'ils y sont : la STRIKE, le renouveau de la lutte professionnelle. Et il veut que ce nouveau monde soit à son effigie, à celle de Catchpoint. Catchpoint est plus qu'une écurie, c'est plus qu'un style de lutte, c'est une philosophie. Le style Catchpoint est pour beaucoup simplement le style des anglais des années 60 ou quelque chose d'ennuyeux. Ennuyeux ? Être un lutteur dédié au Catchpoint, c'est être un stratège. C'est être méthodique dans chaque match, planifié chaque offensive, prévoir chaque action de l'adversaire. C'est cibler une articulation, un tendon, un muscle, pour faire abandonner l'adversaire. Les lutteurs de nos jours ont deux ou trois prises qui finissent le match, tandis qu'un lutteur Catchpoint a tout un arsenal de prises qui peuvent terminer un match à n'importe quel moment. Gulak dit que par le passé lui et Tracy Williams ont eu des divergence, mais avec le nouveau contexte dans le monde de la lutte, ils sont tombés d'accord. Tracy l'a appelé, et lui a dit qu'ils devaient être les leaders de ce nouveau monde. Finis les flips, finis les entertainers. Ce nouveau monde est celui de Catchpoint.

"Hot Sauce" Tracy Williams prend le micro. Il dit qu'il a appelé Drew pour qu'ils reforment ensemble Catchpoint, débarrassés des poids qu'ils ont eu par le passé : TJ Perkins ? Un fanfaron. Jaka et Chris Dickinson ? Des opportunistes, des acharnés qui se laissent beaucoup trop emporter par leurs émotions pour être des bons pratiquants du style Catchpoint. Ils avaient besoin d'un porte étendard, pas un leader car il n'y a pas de leader dans Catchpoint, mais un "ace"... Et cet homme est...



RODERICK STRONG ! Le Messiah of the Backbreaker fait son entrée avec un t-shirt Catchpoint et prend un micro à son tour. Il affirme qu'il partage la vision de Drew Gulak et Tracy Williams. Il a rencontré Gulak à NXT où tous les deux étaient mis de côtés, relégués au bas de carte pendant qu'on promouvait des personnages "haut en couleur", des freaks, des acteurs qui salissaient la profession de lutteur. Roderick Strong dit que quand la WWE est tombée devant les syndicats, il a vu la lumière. Il a accepté de rejoindre Catchpoint, pour changer le monde de la lutte et que la philosophie de Catchpoint domine. Et quel meilleur endroit pour dominer que la STRIKE ? Strong plaide pour intégrer le ten men championship match, arguant qu'il est un ancien PWG et ROH World Champion. Il conseille à Heyman d'y réfléchir. Gulak reprend le micro et hype le match à suivre où il affrontera Zack Sabre Jr. Il dit qu'il le connait bien, et il connait son style. Il pourrai clairement intégrer Catchpoint et, au terme de leur match, il y aura un t-shirt et une place pour lui dans leur écurie.

3. DREW GULAK /w. RODERICK STRONG & TRACY WILLIAMS VS. ZACK SABRE JR.


Citation :
Catchpoint wrestling ! Le match commence avec une phase d'observation : on se tourne autour, tente des clefs de bras, on les contre, et surtout on cherche une ouverture. C'est le summum du chain wrestling, Johnny Saint, Johnny Kidd et William Regal peuvent être fiers !
Cette phase d'observation se fait d'abord debout, mais Gulak réussit un single leg takedown et tente d'enchaîner avec un kimura, que Sabre contre avec un head scissors. Gulak se dégage et ceinture Sabre avec un gutwrench, le bloquant au sol. Le britannique roule sur lui même, entraînant son adversaire avec lui, et se libère avant de se relever d'un kip up à la Shawn Michaels. Chaque homme retourne dans un coin. Toute la séquence s'est passée très vite et on sent que l'observation est terminée.
Les deux adversaires avancent l'un vers l'autre, moins prudemment que précédemment. Gulak vient coller un énorme chop à Sabre Jr. qui recule sous le choc. Il affiche ensuite un petit sourire, et vient claquer un chop à son tour. Gulak recule à son tour d'un pas, puis se recompose, grogne, et vient mettre un second atemi à l'anglais. Zack accuse le coup, puis feinte un chop qu'il arrête avant de frapper, et il plonge sur Gulak avec un double leg takedown ! Sabre Jr. a la top position et enchaîne les coups de coude sur Gulak vulnérable qui se protège comme il peut avec les avant bras. Sabre voit une ouverte et lui saisit le bras gauche, passe sa jambe : armbar ! Armbar ! Gulak souffre, le bras gauche coincé dans la prise de l'anglais. Il tente d'atteindre les cordes avec des pieds, tandis que son bras libre vient chercher le genou de Sabre. Il passe derrière le genou de Sabre et attrape le tendon : nerve hold ! Corino nous explique que ces pincements des nerfs, très difficiles à placer en match, sont extrêmement douloureux. Chaque homme renforce sa prise sur l'autre, luttant contre la douleur, et finalement l'anglais lâche prise pour se dégager de la knee nerve hold.
Le match continue avec une séquence plus poussée de chain wrestling. Désormais chacun a une cible : le genou droit de ZSJ pour Gulak, le bras gauche de ce dernier pour le champion de la EVOLVE. Ces attaques ciblées se font subtilement, avec des locks disséminés dans les phases de chain wrestling, mais aussi plus carrément avec des coups ciblés. Après une dizaine de minute de ce petit jeu, Sabre boîte tandis que Gulak tient son bras contre lui. Très clairement, le style "Catchpoint" fait mal.
Gulak tente de placer une single leg boston crab sur le genou douloureux de son adversaire, mais Sabre le repousse avec son autre jambe avant de se relever à l'aide des cordes. Gulak se rue sur lui pour l'empêcher de reprendre ses esprits, tente une clothesline de son bras valide, mais Sabre le dégage avec un surpassement. Gulak se réceptionne sur l'apron, se tenant à la troisième corde avec son bras valide. Sabre saute sur l'occasion pour lui saisir le bras à la volée, kimura lock contre la seconde corde ! Le bras gauche de Gulak est tordu contre la corde et l'arbitre s'interpose, il compte : un, deux, trois, Sabre casse la prise. Gulak en profite pour lui mettre un low kick derrière son genou blessé et ZSJ roule sur lui-même pour récupérer. Gulak revient dans le ring, il sent la fin. La Human Torture Machine se met en route, il attrape le pied de la jambe blessée de Zack et prépare une prise, vraisemblablement une autre single leg boston crab, mais Zack le repousse en le poussant avec son pied libre. Gulak rebondit dans les cordes et revient vers le Technical Wizard qui roule sur le côté. Gulak prend de l'élan dans les cordes opposées et revient vers Zack qui se remet debout sur une seule jambe, en sautillant, et... Hurracanrana de Zack, maintenu au sol, il attrape le bras de l'University City Stretcher, Article 50, le modified cross armbreaker ! Gulak est au centre du ring, à l'agonie, et s'il n'abandonne pas son bras va casser en deux. Gulak résiste autant que possible, mais il n'a d'autre choix que d'abandonner.


Vainqueur : Zack Sabre Jr.

Post match, une standing ovation est accordée aux deux hommes. Strong et Williams viennent aider Gulak qui tient son bras contre lui, s'il n'est pas cassé il est en tout cas sévèrement endommagé. ZSJ, lui, se relève à l'aide des cordes, sur une seule jambe.

Tracy Williams demande alors un micro et prend le t-shirt Catchpoint en trop qu'ils avaient amené. Il félicite Zack pour sa victoire, dit que ce n'est pas pour rien qu'il est un champion mondial. Il donne corps à la philosophie Catchpoint, non seulement par son style de lutte mais aussi et surtout par sa mentalité et sa manière d'approcher la lutte comme le plus noble des sports. Williams affirme que ce serait pour lui un honneur qu'il rejoigne Catchpoint, et il sait qu'il en va de même pour Roderick et Drew. "Hot Sauce" donne le micro à Zack qui le remercie. Il dit que l'offre est alléchante et prend le t-shirt Catchpoint. Il hésite un instant... Et laisse tomber le t-shirt sur le sol. Zack dit qu'il a cependant déjà une écurie, et qu'il ne peut donc pas rejoindre Catchpoint. Williams reste stoïque, tandis que Strong semble plutôt furieux alors que Zack Sabre Jr. quitte le ring avec son titre EVOLVE.

Alors qu'il boitille vers les coulisses, aidé d'un young boy du staff, Roderick Strong ramasse le micro. Il dit que Zack Sabre vient de faire une énorme erreur : personne ne manque de respect à Roderick Strong, et personne ne manque de respect à Catchpoint.


__________

4. THE OSIRIAN PORTAL & WILL OSPREAY VS. THE AFRICAN AMERICAN WOLVES & RICOCHET



Citation :
Le petit spot fest qui fait bien plaisir !
Les African American Wolves et Ricochet font leur entrée ensemble en dansant sur la musique de Ricochet, visiblement ils s'entendent extrêmement biens. C'est une autre affaire pour Ospreay qui est mit en équipe avec les étranges Osirian Portal qui ont mis de côté la danse et ont fait leur entrée sur une ambiance sombre : musique dark et lumière tamisée.

Le match est le spotfest type qui part dans tous les sens. Des arm drag et des dropkicks, des moonsaults et des standing shooting star press, des tope suicida et des springboard splash. Jim Cornette doit manger son chapeau s'il nous regarde. Will Ospreay et Ricochet sont les deux stars du match, s'opposant dans des duels qui reprennent certains spots de leurs fameux duels du Best of the Super Junior qui ont tant fait parler d'eux. Les Osirian Portal, eux, communiquent mal avec Ospreay et n'hésite pas à flirter dangereusement avec les règles du match, sous les réprimandes de l'arbitre et l'agacement visible d'Ospreay.

Le match dure une quinzaine de minutes, enchaînement de spots parmi lesquels on notera le corkscrew splash de Ricochet du turnbuckle vers l'extérieur du ring sur les Portal et les Wolves qui se battaient en dehors du ring. Alors que tout le monde se relève, Ospreay prend de l'élan dans les cordes et recouche tout le monde en dehors du ring avec un Sasuke Special II (cartwheel over the top rope suicide corkscrew splash).

Sur la fin du match, le Portal porte son Last Sacrament sur ACH, mais ce dernier a été blind tag par Ricochet sans qu'ils ne le voient. Ricochet fait son entrée et sort Ophidian du ring avec un superkick avant d'enchaîner avec le Bernadryller 2.0 sur Amasis pour la victoire.


Vainqueurs : The African American Wolves & Ricochet.

L'Osirian Portal s'en va, Amasis aidé par Ophidian. Sur le ring, Ricochet s'est saisi d'un micro. Il remercie les fans et leur dit que "this... This is wrestling. This is an art form, this is poetry in motion." Il remercie ses partenaires et adversaires du soir. Ricochet dit qu'il a quelque chose derrière la tête, une idée magnifique que le discours de Drew Gulak - aussi ennuyeux soit il - a inspiré plus tôt dans la soirée. Il veut former une alliance de lutteurs qui partagent sa vision de la lutte. Des daredevils, des high flyers. Il dit qu'ils font partie d'une génération dorée, une génération qui a apprit à voler. "We are Generation Flight !" Il propose à Ospreay, ACH et AR Fox de former une équipe, de s'entraider et de porter au devant de la scène leur style de lutte. Ricochet lève le poing, très vite rejoint par ACH et AR Fox qui, tout sourire, semblent s'aligner sur l'idée de Ricochet. Les trois hommes, les poings unis levés en l'air, se tournent vers Ospreay. Le britannique ramasse le micro au sol et dit qu'il trouve l'idée très alléchante. Cependant, il doit d'abord se concentrer sur le ten man elimination championship match. Ce nouveau titre, c'est son seul objectif, c'est son Graal actuellement. Une fois le match passé - victoire ou défaite - il donnera sa réponse à Ricochet.
Ospreay quitte le ring, alors que Jimmy Jacobs laisse suggérer que la réponse sera de toute façon oui : Ospreay connait très bien Ricochet, ils sont amis, et cette équipe lui correspondrai parfaitement.


__________


Le genou bandé, Zack Sabre Jr. a été vu par l'équipe médicale, et il est en train de défaite ses bottes dans sa loge. Il est interrompu par deux silhouettes qui se penchent sur lui. Zack lève la tête.


Harry Smith et Lance Archer, les KES, affichent des grands sourires. D'un ton cordial, ils félicitent Zack pour sa victoire plus tôt ce soir. Archer offre une bière à Zack qui la pose à côté de lui après en avoir bu une gorgée. Lance dit qu'ils viennent de la part du "Boss" (évidemment, Minoru Suzuki). Il est ravi que Zack ai refusé l'offre de Tracy Williams et Catchpoint, qu'il se souvienne de son allégeance : Suzuki Gun. Harry enchaîne, il dit que Minoru a de grands plans pour eux à la STRIKE, et plus particulièrement pour Zack. Ils seront tous les deux dans le championship match et Minoru compte sur lui pour l'aider à l'emporter. Zack les coupe, restant assez cordial et souriant : il a refusé l'offre de Catchpoint parce qu'il a déjà une équipe. Mais ce n'est pas une écurie, ce n'est pas une armée. C'est une famille. Archer et Smith sont de plus en plus confortables et chaleureux, Lance vient même taper dans le dos du britannique et lui dit qu'il a raison, Suzuki-Gun est une famille.

Zack le coupe, confus. Sa famille, ce n'est pas les Suzuki Gun. Ce n'est pas à eux qu'il faisait référence tout à l'heure. Archer et Smith sont confus et se regardent, puis lui demandent ce qu'il veut dire. Zack dit qu'il ne fait plus partie des Suzuki Gun, et il ne va pas aider Minoru à gagner le championship match, loin de là : il compte bien le remporter. La température chute d'un coup, Archer et Smith se font menaçant dans leurs attitudes. Le fils du British Bulldog demande à Zack s'il est devenu fou : il veut se mettre les Suzuki Gun à dos ? Quelle famille est plus puissante que l'armée de Minoru Suzuki ? Zack affiche un sourire, et pointe du doigt un point derrière Archer et Smith. Les deux hommes se retournent alors...



Marty Scurll et Tommy End se tiennent dans l'encadrement de la porte ! La tension monte, End reste silencieux alors que Scurll affiche un grand sourire "a problem guys ?" Archer et Smith, furieux, préfèrent s'en aller, et menacent Sabre de représailles : Minoru Suzuki ne sera pas content... Scurll s'adresse alors à eux : qu'ils ne fondent pas trop d'espoir dans leur patron, après son match de ce soir contre lui il sera chanceux s'il lui reste encore des doigts non fracturés. Archer et Smith s'en vont tandis que Scurll part d'un rire digne d'un méchant de série Z. End reste stoïque et s'approche du Technical Wizard. Il se saisit de la bière que Archer lui a donné, la goûte et la recrache au sol. Zack lui sourit : "I always hated japanese beers anyway."


5. TOMMY END (/w. MARTY SCURLL) VS. KEITH LEE


Citation :
End fait son entrée avec un t-shirt "EUROTRASH" qu'on a pu le voir porter avec Zack Sabre Jr. et Marty Scurll a plusieurs shows de la PWG par le passé.

Alors que la cloche sonne, Keith Lee propose une poignée de main à Tommy End, qui reste bras croisés devant lui, le visage fermé. Keith Lee tente alors de lui mettre une gifle, mais End lui attrape le poignée avant de recevoir la claque, à un centimètre à peine de sa joue. La foule se hype d'emblée, et le match commence.

Tommy End est un striker né, ancien pratiquant de kickboxing. Keith Lee, dernier champion du World Wrestling Network, est lui un powerhouse, une force de la nature. End commence le match avec une volée de coups de coude que Lee no sell complètement. End reste un instant étonné, et Lee lui pousse un grand cri devant le visage. End part alors dans les cordes et place un yakuza kick qui fait tituber Lee. Il part encore dans les cordes et tente un autre yakuza kick, mais Lee se baisse et le cueille à la volée : T-Bone Suplex ! End est envoyé à l'autre bout du ring et roule sur la première corde où Marty Scurll vient checker que tout va bien. End, toujours sans émotion, le repousse sans animosité et remonte sur le ring. Plus prudent, il vient travailler les jambes de Lee avec des low kicks qui résonnent dans tout l'arène, tout en essayant de rester hors de portée de Lee qui tente de l'attraper pour des powermoves.

Ce schéma continue tout le match, jusqu'à ce que Keith Lee l'attrape et le coince dans le coin avec des coups de bélier. Il le saisit alors par la taille et place une belly to belly suplex pour un compte de deux. Lee est en feu et se prépare pour le Pounce, après seulement six ou sept minutes de match. End se relève, Lee court vers lui... End l'esquive et le pousse dans les cordes, Keith Lee passe par dessus ! Lee se relève assez vite, mais End a prit de l'élan et glisse sous la première cordes les pieds en avant : baseball slide ! Le match se transforme en grosse brawl à l'extérieur du ring. Le décompte extérieur à la STRIKE est de vingt alors les deux hommes ont le temps de s'en donner à cœur joie. Les coups pleuvent, ainsi que les projections : End envoie Lee dans les escaliers en acier, puis veut le relever mais Lee l'attrape avec un bodyslam directement sur les barrières en acier qui les séparent des fans ! La barrière tient le coup mais End est marqué. Scurll vient alors alpaguer Lee et l'insulter, permettant à son partenaire Tommy End se récupérer sans se faire attaquer. Lee avance d'un pas menaçant vers Scurll qui recule tout en l'invectivant de plus belle. Ils font la moitié du tour du ring, l'arbitre tourné vers eux. Pendant ce temps, Tommy End s'est remit et est remonté sur le ring. Il prend son élan... Suicide dive ! Il vient de coucher Keith Lee ! Scurll s'est écarté à temps et tapote sa tempe vers son index en regardant les fans, le message est clair : c'est lui le plus malin.

End est le premier debout et renvoie Keith Lee sur le ring. Le match se transforme alors en gros slugfest des familles : on se rend coup pour coup, en double voire triple. End place son spin kick (ancien Black Mass) pour un nearfall, le Blackzilla place lui son Ground Zero pour un autre nearfall. Ce match devient fou et quand End couche Lee avec un second spin kick, il passe sou pouce sur la gorge : il veut en finir. Il grimpe sur la troisième corde et s'élance : Owari Death Stomp ! Lee a roulé sur lui même ! End se réceptionne en une roulade, se retourne et voit Keith Lee courir vers lui à pleine allure : POUUUUUNCE ! End valdingue comme s'il était une poupée de chiffon et Lee n'a plus qu'à faire le tombé : un, deux, et trois. Victoire du champion WWN qui gagne du momentum en vue du championship match du prochain show.


Vainqueur : Keith Lee.


"KEITH LEE ! *clap clap* KEITH LEE ! *clap clap*" Le Limitless ramasse sa ceinture et un micro. Il est bref : il n'a pas besoin d'écurie, pas besoin qu'on lui porte son sac ou qu'on le coache depuis le coin. Il est Keith Lee, il fait cavalier seul et il va remporter le championnat tout seul. Mic drop et Keith Lee s'en va tandis que Scurll se penche sur Tommy End. Ce dernier se relève difficilement, et la foule entame un second chant, bien connu des fans de la PROGRESS et l'ICW : "TOMMY ! TOMMY ! TOMMY FUCKIN' END !" End est aidé par Scurll et un ring boy qui le fait descendre du ring. Alors que End remonte la rampe, Marty Scurll est laissé seul pour affronter son opposant dont l'iconique musique retentit alors que Tommy End vient de disparaître derrière le titantron.


KAZE NI NARE


6. MINORU SUZUKI /w. KILLER ELITE SQUAD VS. MARTY SCURLL


Citation :
Ce match n'a jamais eu lieu, et c'est la définition même du Dream Match.
Minoru Suzuki est une légende du Pancrase et du puroresu, sans doute le lutteur le plus legit de l'histoire à égalité avec Brock Lesnar. Il est aussi l'homme le plus vicieux que la terre ai jamais portée, "born with evil and balls of steel" dit le proverbe. Réputé pour enfreindre les règles, attaquer les young boys, arbitres et commentateurs, il est le heel par excellence.
Marty Scurll est ce qui se rapproche le plus du "futur Minoru Suzuki". Le Villain, surnom qui lui colle à la peau, est sournois, triche dès qu'il peut, utiliser des armes pour gagner ses matchs, l'indimidation le mensonge et la menace pour obtenir ce qu'il veut. Maître du Chickenwing, il est un ancien champion de la PROGRESS et luttait également à la NJPW avant que les syndicats ne chamboulent le monde de la lutte.

Le match commence avec Suzuki qui lève sa main droite. Scurll suit, lève la main gauche et le contact est établit. L'autre main suit, et une épreuve de force pousse les deux hommes à pousser vers l'avant. Suzuki l'emporte et fait reculer Scurll jusqu'à un coin. L'arbitre s'interpose pour faire lâcher prise au japonais, puisque son adversaire est dans les cordes. Suzuki lui fait les gros yeux, enlève lève ses mains en l'air et fait mine de s'écarter de Scurll... Avant de lui mettre une vicieuse droite dans la bouche. L'arbitre engueule Suzuki qui a un sourire sadique et retourne à l'attaque : stomps, coups de genoux et coups de coude sont au rendez-vous. Scurll est dominé dans ce début de match devant la stiffness de son adversaire. Très vite, Jimmy Jacobs note que Scurll saigne de la bouche.

Suzuki prend un plaisir sadique à torturer Scurll, lui mettant parfois des giffles en pleine séquence de chain wrestling, allant jusqu'à repousser l'arbitre quand celui-ci s'interpose entre lui et Scurll quand celui-ci cherche refuge dans les cordes. Suzuki prend son temps, et cela lui coute. Alors qu'il tient Scurll dans un headlock, Scurll lui attrape la main, se dégage et... Il lui tient les doigts ! Scurll lui tord les doigts et fait signe avec son autre main, le doigt sur les lèvres : "chuuuuut". La foule sait ce qui arrive et se tait, et SNAP ! Finger snap ! Et un autre ! Scurll vient de snap deux doigts de Suzuki ! Ce dernier se tient la main entre les genoux, penché en avant, alors que Scurll fanfaronne, lui tournant le dos. Suzuki n'est pas n'importe quel homme, contrairement aux autres ayant subit le finger snapping de Scurll, il ne se roule pas au sol. A la place, il remet en place ses doigts, les craquant de l'autre main dans un geste très douloureux, et se lance sur Scurll qui se retourne au dernier moment : lariat ! Suzuki est énervé et assaillit Scurll de stomps furieux, si bien que l'arbitre s'interpose. Suzuki l'attrape par son chasuble et le repousse avant de continuer les stomps jusqu'à ce que Scurll roule en dehors du ring. Suzuki le rejoint, mais se laisse surprendre par le Villain qui le projette dans ses sbires Smith et Archer. Suzuki s'engueule avec eux, et ne voit pas Scurll courir vers lui et placer une high knee dans son dos qui le fait s'effondrer sur les KES. Scurll relève Suzuki et l'envoie sur le ring : le momentum a changé.

Scurll a une idée derrière la tête, il coince Minoru Suzuki dans un figure four leglock ! Et ce n'est pas tout, tout en resserant la prise, Scurll affaire ses mains, il est en train de défaire les lacets de l'une des bottes de Suzuki ! Scurll enlève totalement les lacets, et Suzuki se redresse pour lui mettre une grande gifle. Scurll retombe allongé et préfère casser la prise, non sans emmener avec lui la botte de Suzuki. Scurll veut s'en servir comme d'une arme, mais l'arbitre la lui enlève des mains. Il lui reste cependant le lacet, et Scurll s'en sert pour étrangler Suzuki ! Il est placé derrière lui et tire dessus de toutes ses forces. Suzuki le fait reculer dans le coin et lui met alors un grand coup de talon dans les parties génitales pour lui faire lacher prise. L'arbitre se retourne et voit les deux hommes à genoux : l'un se tenant les testicules et l'autre la gorge.

Le match continue de manière plus brutale, Suzuki avec une seule botte distribuant les chops et les coups ultra stiffs, et Scurll lui rendant coup pour coup, tenant tête à la légende japonaise. Après la domination de début de match du Suzuki Gun Boss, le match est désormais très disputé. Il dure près d'une demie-heure au terme de laquelle Scurll, épuisé, passe sous un lariat de Suzuki et se retourne, les bras écarté, pour gueuler. "CHICKENWIIIING !" Il se lance sur Suzuki, mais le Boss va se saisir de la troisième corde. L'arbitre vient faire lâcher Scurll, au compte de 4 et non sans discuter. Pendant ce temps, Suzuki donne un ordre aux KES en bas du ring, et Lancer Archer lui donne une bouteille de bière. Le Suzuki Gun Boss se retourne, attrape l'arbitre par la nuque et l'envoie contre Scurll. Dans la collision l'arbitre perd l'équilibre et chute, alors que Scurll se décale sur le côté, ayant vu le coup venir. Il ne voit cependant pas la bouteille en verre s'éclater sur son crâne qui se met immédiatement à saigner sous les cheveux. Suzuki le couvre immédiatement alors que l'arbitre reprend ses esprits et compte : un, deux, et trois.


Vainqueur : Minoru Suzuki.

__________


Promo coulisse, où on retrouve Dolph Ziggler dans un couloir devant un mur nu. Dolph dit qu'il est enfin libéré de la WWE, cette machine où ce n'est pas le plus méritant qui récolte la gloire, mais le plus corporate. Ici, à la STRIKE, c'est le mérite qui compte. C'est le talent qui est récompensé. Celui qui travaille le plus dure aura toute la gloire. Et personne ne travaille aussi dur que lui. Ce soir il affronte Johnny Mundo, et ils se sont déjà croisés il y a longtemps, tellement longtemps que Ziggler se demande si ce n'était pas dans une autre vie. Depuis, Morrison est devenu Mundo, une star internationale. Il a créé un clan, s'est trouvé un femme et a trouvé la gloire. Des titres dans plusieurs pays, des performances incroyables, une série télévisée... Oui, il a changé. Mais Dolph aussi a changé. Il n'est plus ce petit prétentieux, ce jeune arrogant "full of his own shit" qu'il pouvait être en 2010 ou 2011. Maintenant, il est le "hardest working wrestler alive". Ce soir, il va battre Mundo, décrocher une place dans le championship match, et prouver au monde qu'il est le meilleur.

"Because I am that damn good !"

7. DOLPH ZIGGLER VS. JOHNNY MUNDO /w. WORLDWIDE UNDERGROUND

Citation :
Les deux hommes ne sont en effet plus les même qu'en 2010. Mundo a appris de son long séjour au Mexique, incorporant des moves de Lucha Lubre à son arsenal. Ziggler, lui, a bénéficié du meilleur centre d'entraînement au monde pour devenir une machine physique, un athlète hors norme.

Le match n'est pas un Okada vs. Omega, mais très certainement pourrait décrocher 4 étoiles voire une demie en plus chez ce cher Dave Meltzer. Les deux hommes se connaissent bien et cela est mit en avant dans le début du match avec des séries d'esquives et de contre. Aucun coup de touche, aucune prise n'est effectué dans les premières minutes du match. Cela frustre Mundo qui tente des attaques moins orthodoxes, inspirées de mouvements de parkour et de capoeira. C'est une bonne technique puisqu'il parvient à placer un Aú Batido (il se lance, prend appui avec sa main gauche sur le sol et envoie son pied droit dans la tempe de l'adversaire) qui couche Ziggler. Le Show Off se relève assez vite et emmène le combat au sol. Là, il domine Mundo, sans doute héritages d'une équipe avec Jack Swagger qui a put lui filer quelques techniques d'amateur wrestling. Ziggler maintient Mundo au sol et place un wrist lock dont Mundo ne peut se défaire qu'en allant dans les cordes. Le AAA Mega Campeon doit prendre de la vitesse pour s'en sortir, et il part donc dans les cordes. Après une série d'esquive qui voit Ziggler prendre lui aussi de l'élan dans les cordes, les deux hommes se télescopent avec un dropkick simultané. Chacun se dirige vers un coin pour se reprendre après ce début de match qui a chauffé la foule.

Taya encourage son mari depuis le ringside et vient lui glisser un baiser, mais Mundo semble peu s'en préoccuper. Il est concentré sur Ziggler et vient le cueillir avec un coup de coude. Ziggler lui rend la pareille, et Mundo tente un autre kick de capoeira, seulement cette fois-ci Ziggler esquive, lui attrape le pied en l'air et se saisit de sa cheville : ankle lock ! Morrison a encore un pied au sol, l'autre en l'air la cheville tordue par Ziggler. Il sautille, se lance et roule sur lui même, envoyant Ziggler en dehors du ring entre la seconde et la troisième corde ! L'arbitre se penche au dessus de la troisième corde pour s'enquérir de son état, mais Mundo le fait se retourner et commence à le baratiner. Pendant ce temps, PJ Black et Jack Evans viennent piétiner Ziggler à coups de stomp brutaux avant de s'écarter comme si de rien n'était quand l'arbitre se retourne. Mundo rejoint Ziggler en dehors du ring et le relève : front suplex sur la barrière en acier ! Ziggler se la prend en plein ventre et tombe du côté des fans. Morrison prend son temps, va embrasser Taya et revient vers Ziggler qui se relève. Morrison monte alors sur la barrière, dans un équilibre précaire, et s'élance vers Ziggler pour un double axe handle ! Mais Ziggler l'esquive et Mundo touche un fan ! (T'inquiète pas c'est un plant de l'école de lutte de Tommy Dreamer en vrai).

Mundo insulte le fan à qui il reproche d'avoir "été au milieu", et Ziggler l'attrape par derrière, German Suplex ! Le sol n'est pas rembourré dans la zone des fans, et cela a dû faire mal. Ziggler relève Mundo et l'envoie par dessus la barrière avant de le rejoindre. Là, il le projette vers le ring mais Mundo saute comme un cabri sur l'apron, moonsault ! L'arbitre en est à onze. Mundo est le premier debout et relève Ziggler par les cheveux avant de le renvoyer dans le ring. Aucun homme ne parvient à prendre l'avantage.

C'est l'histoire de ce match, deux superbes athlètes, deux égaux qui n'arrivent pas à se départager. Aucun ne domine, et chaque début de prise de momentum est stoppée net, et ce pendant près de vingt minutes où les deux hommes rivalisent d'inventivité et de combativité. Ils ont des compétences athlétiques égales, et le vainqueur sera celui qui a le plus de coeur. Cela devient évident quand, fatigués, il se retrouvent au centre du ring et que Mundo place un superkick sur Ziggler qui titube et revient vers lui pour à son tour placer un superkick. Mundo recule jusque dans les cordes, et revient vers Ziggler... Superkick again ! Ziggler recule, tombe sur un genou mais se relève mécaniquement, à moitié conscient. Superkick ! Non ! Morrison a saisit l'arbitre et l'a mit au milieu ! Il est down ! Aussitôt, la WU se rue sur le ring. Evans couche Morrison d'une clothesline et lui et PJ le tabassent alors que Taya aide Johnny Mundo. Evans appelle Taya, et ils maintiennent Mundo au sol en lui tenant jambes et bras pendant que PJ Black grimpe sur la troisième corde et effectue son 450° splash. Evans fanfaronne, et PJ prend sa place pour tenir les jambes de Ziggler. Mundo, exténué, grimpe sur la troisième corde, dos au ring, prenant son temps avant son Fin Del Mundo. Mais Ziggler, dans un dernier élan, libère sa jambe et met un coup de pied à PJ dans le visage, puis un autre qui le fait rouler sous la première corde. Jack Evans est sur le turnbuckle à l'autre bout du ring, en train d'invectiver les fans, et ne voit rien. Ziggler met un coup de pied à Taya et la tire pour la mettre à sa place en lui tenant les bras. Mundo leur tourne le dos et ne voit rien, il s'élance sans savoir que son finisher va toucher sa femme... Fin Del Mundo ! Sur Taya ! Mundo se rend immédiatement compte de ce qui s'est passé et est affolé. Taya, sous la douleur, roule en dehors du ring. L'ex Morrison tente d'attaquer Ziggler qui passe sous sa droite et le projette sur Jack Evans. Heurtant ce dernier, Mundo le fait chuter du turbuckle directement en dehors du ring. Il n'a pas le temps de voir venir Ziggler dans son dos : Zig Zag ! Ziggler fait le tombé mais l'arbitre est encore inconscient. Ziggler doit le saisir d'une main et le trainer vers lui. L'arbitre, quasiment K.O., compte lentement, très lentement. Un.... Deux.... Trois !


Vainqueur : Dolph Ziggler.


Victoire improbable de Dolph Ziggler ! Le Show Off est à genoux, quasiment K.O., tandis que Mundo roule, inconscient, en dehors du ring. C'est alors qu'une voix interrompt la scène.



Le Boss félicite Ziggler et lui dit qu'il a amplement mérité une place dans le ten men championship match du prochain show ! Le match opposera donc Travis Banks, Will Ospreay, Johnny Mundo, Keith Lee, Ricochet, Zack Sabre Jr., Minoru Suzuki, Dolph Ziggler, et il reste deux places. Heyman annonce qu'il a choisit d'insérer Roderick Strong dans le match en raison de son nouveau feu retrouvé avec Catchpoint et son palmarès (ROH World Champion, PWG World Champion). Il a aussi choisit d'y mettre Dolph pour son match de ce soir ainsi que pour ses qualités indéniables. Il reste encore une place et, qui y mettre ? Paul Heyman a bien une petite idée... En fait il a une grosse idée, le dernier participant est....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
NIGHT ONE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNIVERSE 4 :: UNIVERS 2 :: STRIKE Pro Wrestling-
Sauter vers: